Qu'est ce qu'un ufologue

Les ufologues qui sont-ils et que sont-ils?

Ce n'est pas parce qu'on publie un livre sur les ovnis qu'on est un ufologue. Ce n'est pas parce que l'on fait un site sur les ovnis que l'on devient d'office ufologue. N'importe qui peut s'auto-proclamer ufologue mais qui sont en réalité les véritables spécialistes? Les énergumènes qui publient tout et n'importe quoi sur internet ne doivent pas être considérés comme des ufologues cela n'a strictement rien à voir. C'est pourquoi il faut absolument éviter les généralisations abusives et veiller à ne pas considérer les initiatives personnelles de gens inconscients comme représentatives de la communauté ufologique. Un certain nombre de personnes sont incontrôlables mais il y a des gens sur lesquels on peut compter comme nous allons le montrer dans cet article.


Tout d’abord, qu’est-ce qu’un « ufologue » ? L’ufologue est une personne qui s’intéresse de près aux ovnis, il peut les étudier, réfléchir, enquêter, écrire des ouvrages, écrire sur les forums, sur le net, créer des sites web, entre autre, sur ce phénomène. (Nous trouvons sur le net la définition retenue par l’Académie d’Ufologie pour ce qui concerne le mot ufologie : « C’est l’analyse faite à partir des rapports d’observation du phénomène des objets volants non identifiés. Les intervenants étant convaincus que les rapports de phénomènes classés comme "non identifiés" peuvent être expliqués autrement que comme des confusions et des inventions »). En France et dans la majorité des pays du monde, les bases actuelles de l’ufologie sont issues de ces gens.

Ce sont Gildas Bourdais, un écrivain et chercheur qui a travaillé le sujet avec sérieux, Jean Gabriel Greslé, un ancien pilote de chasse, qui s’intéresse à titre privé au phénomène ovni et qui écrit des ouvrages sur le sujet, le Général Lionel Chassin, aujourd’hui décédé, qui a présidé le GEPA, une association ufologique privée, donc un ufologue peu sérieux, aux normes de ces réalisateurs. A l’étranger des chercheurs reconnus comme Juan Ballester Olmos en Espagne, Edoardo Russo en Italie, Michel Bougard en Belgique etc….

Les ufologues sérieux et spécialisés dans les enquêtes ont acquis des bases élémentaires, soit, mais supérieures à celles des gendarmes qui recueillent les témoignages, qui eux n’ont jamais eu droit à une formation sur le phénomène ovni, ni même un enseignement sur la méthodologie a employer au cours de ces enquêtes très spécifiques. J’insisterai à nouveau sur le fait que les associations ne peuvent aucunement remplacer les organismes officiels car elles n’ont que de faibles ressources, mais elles sont par contre complémentaires dans l’état actuel de la situation de la recherche sur ces phénomènes.

« après 30 ans d’existence, qu’a produit de plus le Geipan par rapport aux ufologues ? Rien, je suis mieux et plus largement informé sur tout ce qui concerne le dossier ovni, par les associations privées d’ufologues que par cet organisme officiel. Les enquêtes qu’il a menées sont toutes critiquables. Ils en sont au même stade d’avancement que les ufologues et même en retrait sur de nombreux sujets !. Certaines observations qui ont fait l’objet de vérifications par certains ufologues sérieux, pourtant crédibles, avec de nombreux témoins, n’apparaissent pas dans les archives du Geipan, d’autres sont discréditées dès le lendemain par l’identification comme étant une rentrée atmosphérique, ce qui se révèle être inexact, par la suite, d’après les études menées par plusieurs ufologues ! »

Cette remarque pertinente, que nous citons, ne remet nullement en cause le rôle du Geipan qui devrait fonctionner grâce à une dotation financière beaucoup plus importante et s’accompagner du lancement de divers programmes de recherche.

Contrairement aux armées, au Cnes et aux administrations citées, les « ufologues » sont libres d’agir et de penser comme ils le souhaitent. Pour les Ufologues, la liberté leur permet de chercher dans la direction qu’ils estiment être la plus pertinente. Ce n’est pas le cas dans le domaine public où tout obéit à des procédures, principes, concepts etc… En conséquence, dans le milieu privé des ufologues, on trouvera tous types d’idées et malheureusement aussi, tous types de personnages. Il en est de même quant aux théories dont beaucoup reposent sur des bases sérieuses, scientifiques, et qui sont d’un niveau beaucoup plus avancé que ce que peut émettre le Geipan ou toute autre administration! Parmi les ufologues, il se trouve des personnes compétentes dont les idées sont sensées

On peut considérer comme sérieux un ufologue qui se base uniquement sur les faits ufologiques tout en sachant prendre la distance nécessaire pour identifier les informations importantes. Il ne faut pas toujours prendre tout pour argent comptant mais vérifier sans cesse les sources. Il faut toujours distinguer le fait ufologique de la pensée subjective sinon on peut arriver à des aberrations. En ufologie beaucoup de choses, de sujets sont liés. Quand on étudie une affaire, un mystère il faut absolument avoir en têtes tous les précédents ufologiques ou les cas de méprise qui peuvent être similaires. Si nous ne savons pas que des ovnis ont été vu dans l'antiquité par exemple nous avons une vison "minimaliste" du phénomène.

les-repas-ufologiques.com

Quels sont les profils des ufologues?
Bien que l'homme observe le ciel avec curiosité depuis toujours, ce n'est qu'à partir de la Grèce antique que l'on retrouve des inventaires et études de phénomènes célestes inexpliqués, du moins en occident. Demetrius Phalereus relate l'observation de rayons lumineux dans le ciel, Aristote traite de phénomènes météorologiques étonnants, Camille Flammarion qualifie de bradytes d'étranges "météores lents", voire stationnaires, capable de rester très longtemps dans le ciel.


Ce n'est cependant que peu après 1947, avec ce qu'on appelle l'ère "moderne" du phénomène, que va se développer un véritable microcosme plus de personnes étudiant ce sujet.

Celui-ci étant composé d'une large majorité d'"amateurs" — étudiant les ovnis sur leur temps libre — la conséquence est que n'importe qui peut se revendiquer "ufologue" sans que cela ait jamais nécessité de formation, cursus (il n'existe pas de diplôme d'ufologue) ou accréditation quelconque.

Ainsi, plus qu'une répartition en terme de conviction ("croyants" versus "sceptiques" 1) il est important de distinguer les ufologues :

* actifs qui mènent des enquêtes sur le terrain, publient des articles, réalisent des études statistiques, développent des théories complètes, développent des stations de détection, recherchent des documents, utilisent les listes de discussion pour s'échanger des informations, etc.

* non actifs qui se cantonnent à lire des livres et des revues ufologiques, naviguer sur des sites web, débattre de leurs convictions dans des forums, etc.

Il existe également une infime poignée de "professionnels" de l'ufologie, travaillant à plein temps sur le sujet, généralement au sein d'organismes officiels d'étude des ovnis. Enfin existent aussi quelques journalistes, éditeurs de revues ou écrivains gagnant leur vie grâce à l'ufologie. Le côté mercantile de ces derniers ne joue évidemment pas en faveur de la crédibilité de ce domaine de recherche, mais comme la science établie, l'ufologie n'échappe pas non plus à ses publications, et il faut reconnaître à certaines d'entre elles un travail considérable qui bénéficie à tous.

Le profil de l'ufologue idéal dépendra de sa "mission":

Si sa fonction est essentiellement de récolter les témoignages en leur accordant un indice de véracité, de séparer les témoignages de valeur de la gangue des faux récits, soit de malades mentaux soit de "petits malins", il est clair qu'il faut qu'il ait une formation solide en psychologie et qu'il sache à quoi correspondent les mimiques et gestuels des orateurs qui s'adressent à lui... Il faut aussi qu'il ne soit pas timide et qu'il ait un bon contact pour interroger les témoins. Il faut aussi qu'il soit titulaire du permis de conduire et qu'il ait le goût de faire des kilomètres en voiture.

S'il doit faire du "concret", définir des "lois" à partir de la grande diversité et du "flou" de nombreux témoignages, il est indispensable qu'il sache manier les statistiques et qu'il maîtrise le traitement des données par ordinateurs, quitte à écrire des programmes adaptés à son problème spécifique.

S'il doit chercher à expliquer "théoriquement" les phénomènes rapportés, il faut qu'il ait une solide base de connaissances en physique théorique et en astronomie... Et qu'il soit un grand lecteur de science-fiction pour y pêcher des idées.

Dans tous les cas il faut qu'il ait l'esprit très ouvert, de l'intelligence et de l'imagination. Mais nous sommes là en pleine théorie, tant que l'on n'aura pas trouvé un financement solide et durable! Or quelle entreprise privée "sponsoriserait" un tel travail?

L’ufologie n’est pas enseignée à l’université qui n’en délivre pas de diplôme et chacun peut imprimer "Ufologue" sur sa carte de visite.

Cependant on imagine mal une personne bac+5, 8 ou 10 faire du porte à porte visant le recensement de témoignages d'observations. Voici donc la situation dans laquelle se trouve l’ufologie "tout court", versus l’ufologie scientifique, et le piège tendu par les "skeptics" du Mouvement Sceptique Contemporain dans lequel elle est tombée et se trouve empêtrée.

En sciences physiques la preuve tient de l’observation et depuis des décennies nous observons, détectons, mesurons dans notre écosystème terrestre, à l’aide de divers instruments fonctionnant suivant différents principes physiques, le déplacement d’objets au comportement intelligent … déplacement que nous ne savions pas et que nous ne savons toujours pas reproduire.

Nous avons d’innombrables cas d’observations corroborés par notre instrumentation de détection et de mesure et alors qu’en science un seul cas est nécessaire et suffisant, un seul … vous évoquez le démarchage « porte-à-porte » pour recueillir des témoignages que l’on s’efforcera ensuite, encore et encore, de classer en PAN A ou B ou C ou D !

Un Eric Maillot, au lieu d’examiner l’ensemble des données, continuera à sélectionner quelques bribes de l’un ou l’autre cas, les arrangera à sa manière et suggérera par la méthode de la généralisation larvée, dans laquelle il excelle, qu’il n’y a vraiment rien de valable dans toutes ces observations ce n'est donc pas un chercheur sérieux.

Ne l'oublions pas c'est souvent le floue, l'éparpillement des données qui ont conduit à des théories, des explications loufoques et les ufologues illuminés du dimanche mais aussi les sceptiques ne sont pas en reste dans ce domaine.

Commentaires (1)

1. Vanessa 13/06/2015

Si vous êtes à la recherche d'une opportunité de travail sur internet !
Que diriez-vous de recevoir un salaire chaque mois, à vie ?


Vous pouvez vous créer un revenu passif à vie simplement en publiant des livres sur Amazon, sans avoir à faire de publicité ou créer de site, car c’est Amazon qui s’occupe des ventes en lui versant une partie comme commission.
Vous pouvez générer des revenus réguliers et illimités, plus vous publiez d’ebooks plus vous gagnez. Voici le lien: http://revenumensuel.com/

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×